Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvaille avec Naline

Publié le par Albane

Il y a 3 ans… Une petite fille du nom de Naline croisait notre route…. Petite fille dans la campagne cambodgienne, qui avait son bras gauche infecté et fracturé…. 3 ans après et sans qu’on ne l’ait opéré elle a retrouvé toute la mobilité de son bras, et c’est devenu une belle jeune fille, travailleuse et qui, pour s’en sortir souhaite apprendre l’anglais et le chinois (elle a raison, c'est l'avenir et ils contrôlent tout ici…).

Une petite fille nommée Naline
 
C'est une jolie petite fille, au teint mordoré et au regard profond de velours noir ; ses cheveux bruns sont sagement noués mais quelques boucles frisées folâtrent sur le front de son visage au bel ovale, donnant une impression de grande douceur.
 
C'est une petite fille, qui avance, élégamment, dans la moiteur tropicale, dans l'ombre mi-soleil des palmiers, des cocotiers, des jacquiers...
 
C'est une petite fille de 10 ans, prénommée Naline, qui porte avec nonchalance un poignet recourbé, cassé, mal ressoudé.
 
C'est une petite fille qui, sur les lattes de bois du premier étage de la maison, s'agenouille en silence et en confiance.
 
C'est une petite fille de courage qui jamais ne sursaute, ni ne pleure lorsque la ouate touche les blessures.
 
C'est une petite fille surprise et un peu effrayée qui serre ma main très fort dans les tristes salles de l'hôpital de la Capitale.
 
C'est une petite fille, sage comme tout un livre d'images, qui écoute patiemment l'avis des Grands et qui apprend, soulagée, qu'elle repart au village.
 
C'est une petite fille curieuse qui regarde les os de son avant-bras radiographié et n'en croit pas ses yeux de velours noir.
 
C'est une petite fille espiègle qui tire gentiment sur ma jupe en direction de la sortie.
 
C'est une petite fille qui aime les bonbons « Pierrot-le-Gourmand » qui remercie et salue avec grâce et qui s'éloigne de son pas dansant jusqu'à devenir un point à l'horizon...
 
C'est une petite fille qui est devenue un point dans mon horizon et, chaque matin, j'imagine sa jeune silhouette fluide se déplaçant au milieu des rizières, dans ce village lointain... un point...quelque part près de Kompong-Cham. Cambodia.
 
Monique Veuve

undefined
Commenter cet article