Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais pourquoi faut-il que je me lève à l'heure où je me couchais il y a 10 jours ?

Publié le par Albane

04/10/2007

La veille je mettais renseignée sur l'heure du départ du bus pour Gaborone, on m'avait dit 6h mais qu'il valait mieux y être à 4h30. Je demande donc à la réception de me commander un taxi pour 4h15, je lui donne 10 pula pour qu'elle puisse appeler, elle me dit qu'il n'y a pas de problème.

4h15 : J'arrive devant le portail, et il est fermé, je me vois déjà en train de l'escalader avec mes 2 sacs à dos. Je tourne un peu, et je vois de la lumière, j'essaye donc de rentrer dans la réception, c'est ouvert, et du noir un garde surgit, je lui explique mon problème et il m'ouvre. Je lui dit que j'attend le taxi, il me dit d'aller jusqu'à la route, il m'accompagne et là je comprend que le taxi ne viendra jamais... La femme de la réception lui avait demandé de me trouver une voiture ... Mais il n'y a aucune voiture qui passe ! Le garde repart en disant qu'il va revenir, je ne le reverrais plus jamais, quelques minutes plus tard une camionnette arrive et s'arrête, elle accepte de m'emmener.

Finalement je suis arrivée vraiment tôt, il n'y a personne, j'attend sur le parking de la station service, devant le bus.

5h30 : 2 autres personnes sont avec moi, le bus bouge, en fait on n'est pas au bon endroit. La femme va aussi à Gaborone, elle me dit de la suivre. On arrive à un endroit où 3 bus sont pris d'assaut. On me demande si je vais à Francistown, ou à Gab's, je dit non, je finis par trouver le bon. Ca y est je monte dedans. Je réfléchie de quel côté il vaut mieux que je me mette à cause du soleil, je n'aies plus envie de cramer... À droite, tant pis c'est les places à trois... Finalement on sera 5 !!! 2 mamans avec leur enfants.

6h : le bus part bondé avec plein de personne debout pendant près de 6h ! Nous voilà parti pour 11h30 de transport, où je servirais de porte bagages, de lit... Je montre à la petite fille qui a presque un an les photos de mes petites nièces.


Durant la mâtiné on devra descendre 5 fois pour des contrôles sanitaires, c'est imposé par la communauté européenne s'ils veulent vendre leur viande en Europe. Il faut des barrières entre les zones sauvages et les zones d'élevage pour éviter la propagation de la fièvre aphteuse. Je ne vois pas vraiment ce que marcher sur une éponge imprégnée de je ne sais quoi va éviter la propagation !!! Mais en tout cas ça a tué des milliers de zèbres et d'antilopes qui migraient vers le sud pour trouver de l'eau... Tout ça pour qu'on est du beefteack saint dans notre assiette... Bon appétit ! Je vous rassure je ne suis pas devenue végétarienne pour autant, bien que la dernière fois que j'ai du manger de la viande, c'était dans l'avion Londres-Harare.


Au Botswana, les bus roulent à toute vitesse et il n'est pas rare de voir débouler sous les roues : autruches, chiens, chèvres, et ânes. D'ailleurs au cours du trajet, on a vu un camion complètement renversé dans le fossé avec une vache morte à côté.

La journée se passera squeezée dans un coin, la petite fille vomira sur mon oreiller... Mais les heures finiront de passer...


Je précise l'itinéraire pour les personnes qui ont acheté une carte de l'Afrique Australe rien que pour me suivre à la trace et qui voulaient m'implanter une puce gps dans la peau, vous voyais peut-être de qui je veux parler ? Il y en a qui se sente visé ? Donc Maun - Gaborone via Rakops, Orapa, Serowe, Palapye, et Mahalapye.

 

17h30 : arrivée à la gare routière, avec des milliers de minibus, je trouve un taxi et je me rend dans un bed & breakfast.

Au b&b je rencontre un professeur en géologie, éthiopien et qui a vécu en France, à Lyon pendant plus d'un an. Il a beaucoup vécu dans des pays étrangers et me dit que c'était les français qu'il préférait... Il m'a complimenté sur mon anglais (il ne parlait pas un mot de français), je lui ai dit que j'avais du mal à me faire comprendre et à comprendre les botswannais, il m'a dit que c'était normal que simplement 5% de la population parlait anglais, et encore, ils mélangeaient l'anglais avec le botswannais. 
Ca m'a rassuré ! Il m'a invité en Ethiopie. Quel homme charmant.

 

Commenter cet article